Les Albanais arrivent à N’Djamena pour l’Eufor

(BRUXELLES2) Ca n’a pas traîné. L’encre de l’accord signé entre l’UE et l’Albanie était à peine sèche que les militaires albanais débarquaient au Tchad. C’est un Airbus de l’escadron « Esterel » de l’armée de l’Air française qui a convoyé le détachement albanais – de 62 hommes du régiment Commando – , le 19 juillet, sur l’aéroport de N’Djamena. Après la remise des passeports à deux charmantes militaires Français(es) de l’armée de l’air, reconnaissables à leur tenue « sable », celles-ci ont effectué les formalités d’entrée sur le territoire auprès des autorités tchadiennes.

Sans coup férir, les Albanais n’ont pu s’empêcher de mettre le béret bleu, dès la sortie de l’avion (ce qui constitue une exception – louable –  les couvre-chefs sont normalement interdits sur le tarmac d’un aéroport) et de déployer le drapeau albanais, un aigle à deux têtes sur fond rouge. Le moment est plutôt important. C’est la première mission en Afrique pour l’armée albanaise.

Les hommes ont été ensuite dirigés vers le camp Europa, de l’Eufor, à deux kilomètres de là. Etape normalement obligatoire pour tous les personnels arrivant d’Europe : histoire de recevoir les instructions d’usage mais aussi d’avoir une première accoutumance aux conditions climatiques, avant le déploiement sur le terrain. Certains resteront là. Les Albanais vont en effet assurer la garde statique des deux camps d’Etat-major : Europa à N’Djamena et Etoiles à Abéché, succédant ainsi aux Finlandais notamment qui accomplissaient cette tâche. Durée de la mission : six mois. Avant une relève.

Nb : l’accord est paru au JO du 13 août.

Lire aussi :

Crédit photos : Eufor Tchad / RCA