Un deuxième démineur hongrois mort en Afghanistan

(B2) Le capitaine hongrois Krisztian Nemes, expert en déminage, a été tué le 12 juillet, tout en essayant de désamorcer un explosif artisanal. Le soldat de 32 ans avait été envoyé quelques semaines plus tôt en Afghanistan pour remplacer le lieutenant Gyula Kovacs, lui-même mort dans des circonstances analogues, le 10 juin, à l’âge de 30 ans.

Afghanistan zone mortifère en juin
L’Afghanistan ne fait pas encore autant de morts que l’Irak mais il devient toujours plus dangereux. D’année en année, le nombre de morts augmente régulièrement : 130 en 2005, 191 en 2006, 232 en 2007, et déjà 146 à mi-2008, selon le site iCasualties, généralement bien informé. Un bilan établi par l’AFP parle de « mois le plus meurtrier » pour juin 2008 avec 49 soldats de l’IFAS (Force internationale d’assistance à la sécurité) et de la coalition américaine (Enduring Freedom) décédés, pour la plupart par des bombes.

Depuis 2001-2002, l’opération aurait fait 895 morts. Les Etats-Unis payant le plus lourd tribut (558 décédés), suivis par le Royaume-Uni (110 décédés) et les Canadiens (89 morts depuis 2002, cf. mosaïque des victimes faite par Radio Canada), l’Allemagne (25). La France comptabilisant 12
décès.

L’explication du porte-parole de l’IFAS est simpliste; davantage d’hommes, de régions couvertes, de combats, écoutez sur RFI.

Les civils premières victimes
Et encore ne compte-t-on pas les victimes civiles faites par chaque camp. Le CiCR (comité international de la Croix-Rouge) a ainsi décompté pas moins de 250 morts ou blessés dans différents incidents en quelques jours, entre le 4 juillet et le 8 juillet ! Notamment l’attentat contre l’ambassade d’Inde, des bombardements aériens effectués par les forces aliées ou des tirs dans lesquels les civils sont pris « par erreur » pour cible. Franz Rauchenstein, chef de la délégation du CICR à Kaboul, a ainsi dû lancer un nouvel appel à tous les bélligérants pour qu’ils respectent les populations civiles.

(NGV)

Comments are closed.