Mission PESD Tchad RCA. Le lancement de l’opération militaire acté par les 27

Share

(BRUXELLES2) Le Conseil des ministres des Affaires étrangères a approuvé, le 28 janvier, la décision de lancer l’opération militaire au Tchad et en République centrafricaine. Un lancement qui intervient après plusieurs mois d’incertitude. En pleine capacité, d’ici mai ou juin, la mission devrait atteindre environ 3800 hommes de 14 Etats membres. La mission aura pour tâche de « protéger les civils en danger, particulièrement les réfugiés et personnes déplacées », le personnel de l’ONU (la mission de police des Nations unies), et de faciliter l’aide humanitaire. Cette opération sera conduite de façon « neutre, impartiale et indépendante » et menée en « étroite coordination avec les Nations-Unies et en coopération avec les gouvernements » concernés, rappelle le Conseil. Sur le terrain, l’opération sera menée étroitement avec les missions futures des Nations-Unies dans ces deux pays (Minurcat) et au Darfour soudanais (Minuad) ainsi qu’avec les ONG humanitaires et de développement déjà présentes.

Cette mission s’inscrit cependant dans un contexte politique régional délicat comme les 27 l’ont rappelé dans leurs conclusions. Le Conseil a ainsi appelé les autorités soudanaises à apporter leur entier soutien à « l’établissement effectif de la Minuad », notamment en agréant les modalités administratives et techniques nécessaires, et en acceptant les troupes des Etats membres de l’ONU (Le Soudan avait notamment refusé les contributions suédoises et norvégiennes). Il a demandé au Soudan comme au Tchad de « cesser tout soutien aux groupes armés » opérant dans la zone, saluant au passage les efforts de certains pays voisins comme la Libye.

(Paru dans Europolitique, janvier 2008)

Lire le texte des conclusions du Conseil (voir en page 11)