Agence européenne de Défense. Un budget trop réduit selon certaines délégations

(B2 – archives) Les ministres de la Défense devraient adopter le 19 novembre, budget de l’Agence européenne de Défense qui se montera à 32 millions d’euros pour 2008. Ce qui fait enrager les tenants de l’Europe de la Défense comme la France et la Belgique.

Colère franco-belge

L’Agence européenne de la défense qui devait être « la fille de St Malo (l’accord entre Français et Britanniques en 1998 pour relancer l’Europe de la Défense) et le témoin d’une coopération exemplaire entre le Royaume-Uni et la France n’aura pas les moyens nécessaires de fonctionnement » explique un diplomate français. « L’Agence est tout juste maintenue au niveau de flottaison. Elle est privée de capacité réelle et d’ambition, surtout au niveau des budgets opérationnels ».

L’opposition britannique et néerlandaise

Le Royaume-Uni notamment mais aussi les Pays-Bas se sont en effet opposés à doter davantage l’Agence, estimant que « l’agence n’a pas fait la preuve de son utilité et que les projets soumis [ne sont pas] dignes d’intérêt ». Profondément préjudiciables aux intérêts de St Malo. « Ce à quoi consentent Britanniques, et dans une moindre mesure, les Néerlandais, c’est un budget tout juste fonctionnel. » Il y a un « coté très dogmatique de la position britannique et étrange par rapport au discours de Milliband à Bruges, qui était plus ouvert et entreprenant sur la défense [européenne] et la coopération contre l’armement. » « Pour la troisième année consécutive, on ne peut doter l’agence d’un budget pluriannuel pour engager le travail opérationnel et programmer de façon plus conséquente. »

Pas de budget pluriannuel

Selon le projet de décision, le budget aurait été défini de façon pluriannuelle : 32 millions d’euros en 2008, 37 millions en 2009, 42 millions en 2010. Sur ce budget, 20 millions sont attribués au fonctionnement en 2008, 6 millions pour l’opérationnel dont 1 million est « gelé » et 6 millions pour des projets spécifiques (notamment les drones). En 2009, ces sommes sont respectivement de 22 millions, 7 millions et 8 millions. En 2010, elles atteignent respectivement 24 millions, 9 millions et toujours 8 millions pour les projets.

Une stratégie pour la BITDE

Outre l’adoption de ce budget, les Ministres prendront aussi note du rapport d’activités de l’Agence. Ils devraient ainsi saluer le progrès dans l’élaboration d’un plan de développement de capacités, la mise en place d’une stratégie pour développer la base industrielle et technologique pour l’Europe de la Défense (BITDE), l’accord pour renforcer la coopération pour soutenir la stratégie d’armements qui doit être développée en 2008. Ils devraient aussi saluer le fonctionnement effectif du système de marchés publics de la défense, à travers la mise en place du bulletin électronique, l’adoption d’un code de conduite visant à améliorer la coopération entre les Etats membres et réduire les surcapacités, le succès de la mise en place du premier programme conjoint de recherche et technologie.

(Nicolas Gros-Verheyde)

article publié dans une première version dans Europolitique le 19 novembre 2007 et complété.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).