Le coup de grâce pour l’entreprise Ernault

(archives B2) La Commission européenne a lancé officiellement la procédure de récupération des deux millions d’euros dont l’entreprise de machines-outils, Ernault, a bénéficié des autorités publiques françaises. Celles-ci avaient, en effet, consenti à faire une croix sur le remboursement d’un prêt de 2 millions d’euros, consenti début 2005. Une « aide » illégale selon Bruxelles car anti-concurrentielle. Le journal officiel du 20 octobre vient de publier l’ordre officiel d’une décision prise en mars. Si l’aide ne peut être remboursée, ce montant doit être inscrit au passif de l’entreprise. L’Union européenne surveille en effet de près toute aide supplémentaire à une entreprise en difficulté considérant qu’elle risque d’entraîner des distorsions par rapport aux autres entreprises présentes sur le marché.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).