La présidence portugaise veut renforcer les liens avec le Maghreb

Share

(B2 – archives) Les ministres de la Défense de l’Union européenne se rencontreront, de façon informelle les 28 et 29 septembre, à Évora (chef-lieu de l’Alentejo à 110 kms de Lisbonne) sous la présidence du ministre portugais, Nuno Severiano Teixeira.

La première réunion plénière est prévue dans l’après-midi du vendredi, suivie d’une conférence de presse. Deux autres réunions de travail sont prévues le samedi matin, dont une avec les ministres de la Défense du Maghreb. Une réunion de la troïka terminera la réunion en début d’après-midi.

L’ordre du jour de la réunion ministérielle d’Évora a un « caractère novateur », selon la présidence portugaise. Outre les points habituels relatifs aux missions, aux capacités et aux partenariats stratégiques, elle introduit en effet deux dialogues approfondis de portée régionale avec un nouveau partenaire stratégique, à savoir l’Union africaine, ainsi qu’une « rencontre inédite » entre les ministres de la Défense des 27 Etats membres de l’UE et les cinq pays de la Méditerranée occidentale (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie).

Les opérations dans les Balkans

Coté Opérations/Missions, on fera le point classique sur les déploiements en cours ou futurs. C’est notamment autour de la stabilisation des Balkans occidentaux, « vitale pour l’Europe dans son ensemble » que les Ministres se concentreront. « Les opérations et les missions de l’UE en Bosnie-Herzégovine depuis 2003 donnent une bonne mesure des responsabilités assumées ». L’expérience de l’Afghanistan, et la coopération entre les forces de l’UE et de l’OTAN, sera utile dans le cadre de la mission PESD de l’UE au Kosovo, dès lors que le statut de ce territoire sera fixé. A l’ordre du jour également, la mission PESD au Tchad/République Centrafricaine, en cours de planification, se destine, elle, à soulager la crise humanitaire qui frappe cette région d’Afrique.

Le partenariat OTAN-UE

Il sera bien entendu question du partenariat stratégique UE-OTAN. La présidence portugaise du Conseil attache « beaucoup d’importance aux relations entre l’UE et l’OTAN, notamment dans le cadre de la gestion des crises ». Il vise à garantir une coordination aussi effective que pratique lorsque ces deux organisations sont engagées sur le même théâtre opérationnel (Afghanistan, Kosovo). La question du partenariat stratégique entre l’UE et l’ONU sera aussi abordée, après la «Déclaration conjointe sur la coopération UE-ONU dans le domaine de la gestion des crises», du 7 juin 2007 et renouvelant celle de 2003.

Le catalogue de progrès finalisé

Coté capacités, la présidence portugaise est en train de terminer le catalogue de progrès 2007 (dressant une comparaison entre les capacités souhaitées et celles dégagées par les Etats membres) face à l’échéancier du processus de développement des capacités inhérent à l’Objectif global 2010 (approuvé au Conseil en mai 2004). « C’est un document fondamental qui permettra, à la lumière des lacunes décelées, de mieux cerner les risques opérationnels et d’essayer de les combler. »

La coopération avec les Africains

« L’UE devra continuer à appuyer, de façon cohérente et coordonnée, ses partenaires africains, notamment par le biais de programmes dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité et du recours aux instruments relatifs au désarmement, à la démobilisation et à la réinsertion » estime la présidence. L’expérience récente de l’UE en République démocratique du Congo en est un bon exemple.

L’initiative 5+5

Quant à la stabilité de la Méditerranée, elle « constitue un intérêt stratégique commun ». La présidence portugaise souhaiterait ainsi que « l’agenda européen implique davantage les pays de la Méditerranée, en particulier ceux du Maghreb, afin de développer et d’approfondir le dialogue sur les questions de sécurité et de défense ». En prenant pour base l’initiative «5+5» (coopération entre le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie et Malte, sur la rive nord, et la Mauritanie, Maroc, la Tunisie, l’Algérie et la Lybie, sur le flanc sud), la présidence compte saisir cette réunion d’Évora pour organiser une session informelle de travail entre les ministres de la Défense de tous ces pays, selon un format «27+5».

(Nicolas Gros-Verheyde)
article publié dans Europolitique le 26 septembre 2007