Tarif du roaming : l’escroquerie de l’été ?

(B2) On nous l’avait annoncé joyeusement. Dès cet été, les consommateurs pourraient bénéficier d’un tarif réduit pour leurs communications passées à partir de leur portable à l’étranger.

Un mensonge par confusion
La Commission européenne s’en réjouissait bruyamment dans un communiqué publié, début juillet. « Grâce à l’entrée en vigueur, ce 30 juin, du règlement européen sur les tarifs de l’itinérance dans l’UE, les consommateurs européens bénéficieront cet été de tarifs d’itinérance moins lourds ».  Comme dans tous les bons prospectus publicitaires, ce n’est que plus loin, dans un deuxième communiqué, en beaucoup plus petits caractères, qu’on apprenait la subtilité de cette nouveauté. En fait, l’opérateur était tenu dans les 30 jours de proposer le tarif, et dans les 30 jours suivants de l’appliquer aux consommateurs. Autrement dit pas avant le 1er septembre, et donc après les vacances d’été pour le consommateur moyen.

Et les opérateurs de téléphonie ne se sont pas privés d’appliquer, à la lettre, le règlement.
Si on se fie aux informations publiées par la Commission européenne sur son site, dans 15 Etats membres, ce service ne sera opérationnel qu’en septembre (Danemark, Estonie, Finlande, Chypre, Bulgarie, France, Belgique, Grèce, Irlande, Lituanie, Lettonie, Pays-Bas, Roumanie, Suède, Slovaquie). Dans 7 autres pays (Autriche, République tchèque, Espagne, Hongrie, Malte, Pologne, Royaume-Uni) un seul opérateur proposait le tarif au milieu de l’été — 3 en Italie.

Un règlement applicable à l’automne plutot qu’à l’été
En fait, il n’y a que quatre opérateurs sur la centaine que compte l’Europe — T Mobile en Allemagne et Luxembourg Gsm  dans le Grand-Duché, P4 en Pologne et Optimus au Portugal à appliquer ce tarif aux consommateurs – qui l’on demandé – début juillet. Des opérateurs très minoritaires. La Commission n’en démord pas moins de son optimisme. Selon le porte-parole de la Commission, la moitié des consommateurs ont pu bénéficié de l’Eurotarif durant l’été, dans 23 pays.  Quand on confond « communication » et « information », la tromperie sur la marchandise n’est pas loin ! Il aurait peut -être été plus exact de dire aux consommateurs que le règlement était applicable à l’automne…

 (NGV)