Le Beurs rentre at home

(B2) Ca y est  ! Le Beursshouwburg a rouvert ses portes ce 5 février. Le centre culturel flamand d’avant garde, après trois ans de travaux de rénovation, réintègre son lieu préféré en plein coeur de Bruxelles. Cette bourse ne sera pas comme sa voisine d’en face, conforme et conformiste. Et pour commencer ce sera 10 jours durant, 24 / 24 h, durant 240 heures la fête. Le principe c’est « Blanco » : tous les noms d’artistes, sont laisses en blanc. Pour avoir au maximum un programme surprise, pour étonner, surprendre, émouvoir. Réservez votre coeur et votre cortex.

Cela démarre donc avec Moonrise – Blanco fait que la lune se lève -, un groupe anversois au jazz dit « aventureux », qui rythmera toute la programmation. Premier set à 16h22 pétantes ce jeudi 5 février. Dernier accord, le dimanche 15 février, à 3h04 du mat. L’heure c’est l’heure. Et entre les deux…Tout d’abord pour ouvrir le bal, rien de mieux qu’une dance performance, tout ce qu’il y a de plus folklorique des nuits bruxelloises, du son, du corps, de la sensualité,… et de la bière à flot. Une sorte de tableau dansant, s’acharnant à peindre toutes les turpitudes, avatars et joyeusetés, sexuelles, morbides, toxicomanes, musicales des party d’aujourd’hui. Une sorte d’adieu au BSBis (voir plus loin). Suivi d’une party à 24 h. Le tout dans la… « salle des fêtes » (jeudi, vendredi, samedi, à partir de 20h30).

Ensuite, au choix, une séance de théâtre et spin doctors en politique (mardi 10 février à 20h30 10 euros), une soirée musicale jeudi 12 février, avec treize « jeunes talents » de la scène belge et française du jazz et de la musique contemporaine, une jam-session (gratis – le jeudi à 23h00 – et ce sera d’ailleurs comme çà tous les jeudis, un concert gratuit), un défilé de mode dimanche 8 février de à 15 h, 17h et 19h30, des puces – véritable marché aux artistes – mardi 10 février à partir de 17 h – des idées, des concepts, des élucubrations, des sottises, marchandage sinon obligatoire, du moins recommandé !

Un programme « Kids only » -surnommé l’enfance de l’art. avec une idée aussi « simple que perspicace ». Des artistes réputés produisent oeuvres à tirage limité. Et les enfants peuvent la regarder, l’analyser et le cas échéant l’acheter. Les noms de artistes sont cachés (samedi 7 et 14, dimanche 8, mercredi 11, de 12h à 18h, au Grenier). Des contes de fées pour les + de trois ans (samedi 7 et 14, mercredi 11 de 12h à 18h).. Allez ! Tout le programme est sur internet

Nota bene : On regrettera quand même le temple provisoire qu’était le BSB bis, son entrée genre parking, ce qu’il était au départ avant d’être violé par ces adeptes de la culture, ses murs en béton brut à peine dégrossi, son bar à peine posé en bout de salle, toute enfumée qu’elle était, ses murs en espèce de matière rêche, phonétique, son acoustique assez particulière (pour ne pas dire inconfortable), et ses sièges non pas en moleskine mais en bois brut et dur. Gageons que l’ambiance, festive et déhanchée, qui y régnait au fil de la nuit, saura se transporter un peu plus loin dans ce Beurs(officiel) !

N.G.V. février 2004

* Beursschouwburg (Bruxelles) : rue A. Ortsstraat 20-28. Tél. : 02 550 03 50 -Email : info@beursschouwburg.be / Web : www.beursschouwburg.be

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).